Technicien de collectivité et Risques naturels

Les techniciens des services publics : chevilles ouvrières des politiques de prévention des risques naturels

La hausse de la température moyenne de la planète d’ici la fin du siècle se déclinera de façon différente selon les territoires mais s’accompagnera partout de changements importants dans la fréquence et la sévérité des événements extrêmes. Cette tendance demande dès aujourd’hui aux territoires de renforcer leurs politiques de prévention.

Des risques aggravés par le changement climatique

Les deux tiers des communes françaises sont exposées à au moins un risque naturel. 1 Français sur 4 et un emploi sur 3 sont aujourd'hui potentiellement exposés aux inondations, principal risque majeur au titre du nombre de communes concernées et du coût économique des catastrophes.

Pris de manière indépendante, aucun événement ne peut être attribué en tant que tel au changement climatique. Toutefois, les travaux de recherche établissent que le changement climatique vient modifier la fréquence et l'intensité de certains phénomènes :

  • La multiplication des épisodes de sécheresse pourrait intensifier les problèmes de retrait-gonflement d'argile.
  • Concernant les pluies extrêmes, une tendance générale se dessine avec une augmentation de leur intensité, principalement en hiver, et une extension des zones impactées notamment vers le sud-est ou les Pyrénées.
  • Les territoires exposés aux risques d’incendies de forêts devraient être plus étendus, couvrant une part importante des forêts des Landes (à horizon 2040) et de Sologne (à horizon 2060).
  • Les études actuelles ne permettent pas de mettre en évidence une tendance future sur l’évolution des tempêtes.
  • Outre-mer, les simulations indiquent que les cyclones ne devraient pas être plus nombreux, mais plus intenses.
  • La hausse du niveau de la mer devrait accélérer le recul du trait de cote. Cette élévation entraînera aussi l’apparition de zones de submersions marines permanente ainsi qu’une très forte augmentation de la fréquence des submersions marines temporaires.

Les collectivités locales, responsables de l'information et de la sécurité des populations

Les collectivités territoriales ont un rôle déterminant et croissant dans la prévention et la gestion des crises liées aux risques naturels :

  • Le maire est chargé de la connaissance et de la diffusion de l’information sur les risques auprès de la population. Il doit veiller à communiquer régulièrement sur les risques sur son territoire et il est chargé de l’alerte et de l’organisation des secours en cas de crise. Il dispose à cet effet d’outils stratégiques et réglementaires tels que le dossier d’information communal sur les risques majeurs, le plan communal de sauvegarde et le plan local d’urbanisme.
  • Les intercommunalités constituent des acteurs de premier plan, en particulier en matière d’aménagement du territoire et de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations.
  • Les conseils départementaux et régionaux sont aussi impliqués dans la prévention des risques. Le conseil départemental, par exemple, définit les politiques d’investissement et finance le fonctionnement des différents services départementaux spécialisés.

Le dossier d'information communal sur les risques majeurs :

Les articles R. 125-9 et suivants du code de l'environnement précisent le contenu du document d’information communal sur les risques majeurs dont la responsabilité revient au maire. Élaboré à partir des informations disponibles transmises par le Préfet, il contient quatre grands types d'informations :

  • La connaissance des risques naturels et technologiques dans la commune,
  • Les mesures prises par la commune, avec des exemples de réalisation,
  • Les mesures de sauvegarde à respecter en cas de danger ou d’alerte
  • Le plan d'affichage de ces consignes.

Consultable dans les mairies et affichée notamment dans les campings situés dans des zones à risque, l’objectif de cette information préventive est de rendre le citoyen conscient des risques majeurs auxquels il peut être exposé. Informé sur les phénomènes, leurs conséquences et les mesures pour s’en protéger et en réduire les dommages, il sera ainsi moins vulnérable.

Le plan communal de sauvegarde (PCS) :

Obligatoire pour les communes dotées d'un plan de prévention des risques naturels (PPRN) approuvé, ou comprises dans le champ d'application d'un plan particulier d'intervention (PPI), le plan communal de sauvegarde est élaboré par le maire et détermine, en fonction des risques connus, les mesures immédiates de sauvegarde et de protection des personnes, fixe l'organisation nécessaire à la diffusion de l'alerte et des consignes de sécurité, recense les moyens disponibles et définit la mise en œuvre des mesures d'accompagnement et de soutien de la population (article L.731-3 du code de la sécurité intérieure). Le dossier d'information communal sur les risques majeurs constitue un des volets du PCS.

Connaître et partager ses connaissances

Les obligations des collectivités en matière de prévention et de gestion des risques naturels nécessite d’accéder à des connaissances sur les aléas et sur les populations exposées, risque par risque, sur son territoire, de les partager pour les diffuser et les compléter : avec des techniciens de services différents, avec qui l’on n’a encore trop peu l’habitude de travailler, avec les décideurs ou les élus, avec le public. Systèmes d’information géographique, cartes, capteurs, mesures, suivis, observatoires : autant d’outils qui permettent une connaissance fine des aléas, au plus près du terrain, et un retour d’expérience.

L’Observatoire régional des risques majeurs en Provence-Alpes-Côte-d’Azur réunit la Région, la DREAL et le BRGM et met à la disposition de tous des indicateurs et des recensions, selon la compétence de l’internaute.

Géorisques

La plateforme Géorisque permet de trouver de l’information pour tous les publics sur les risques naturels (inondations, séisme, mouvement de terrain, argiles, avalanches…) et technologiques (usines à risques, nucléaire, sols pollués…).

Anticiper, innover

Avec le changement climatique, il s'agit pour les techniciens de collectivité locale, quelle que soit sa taille, de se mettre en posture d’anticiper une aggravation d’événements déjà connus, comme les épisodes cévenols ou les sécheresses - rappelons-nous les communes ravitaillées en eau potable pendant l’été 2019 - et l’occurence de nouveaux événements, comme les feux de champs ou les avalanches dans des zones jusqu’alors préservées. Il s’agit d’une veille permanente qui permet d’adapter au climat futur les projets sur lesquels on est amené à travailler et qui doit être explicitée, vulgarisée, en fonction de ses interlocuteurs.

Cette montée en compétence est facilitée par les nombreux outils d’information à disposition de tous, à l’image du site internet climat HD et des observatoires régionaux du climat.

C’est sur la base des informations et d’indicateurs recueillis par ses services que la Maire de Paris envisage d’intégrer des clauses liées au changement climatique dans les cahiers des charges de ses projets d’envergure.

L’Observatoire régional des effets du changement climatique en Auvergne Rhône-Alpes implique à la fois les collectivités locales et des services de l’État autour de groupes de travail thématiques réunissant des représentants d’institutions, de collectivités, de territoires, d’acteurs économiques et d’experts.

Faire la part belle au collectif

Un esprit d’innovation doit insuffler l’ensemble des services techniques, interroger les habitudes, faire la part belle au collectif. Le changement climatique questionne, par exemple, la façon classique de se protéger des inondations : en construisant des digues.

Avec la compétence de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations, les territoires trouvent ensemble des solutions qui conviennent à tous, de la protection des zones humides à la désartificialisation des zones d’expansion des crues.

Que dit le PNACC 2 ?

Dans une logique de prévention des risques et de solidarité, le PNACC 2 vise à réduire les impacts des catastrophes naturelles sur la sécurité et la santé, sur les biens économiques, physiques, sociaux, culturels et environnementaux des personnes, des entreprises et des collectivités, dans le contexte du changement climatique.

L’anticipation des événements afin de développer la capacité de réaction (pour limiter en durée les conséquences des événements climatiques ) fait partie intégrante de la logique d’adaptation, en particulier pour les infrastructures et services essentiels.

Pour en savoir plus sur le Plan National d'Adaptation au Changement Climatique

Un exemple d'action

Des ressources incontournables

Découvrir les risques naturels sous un autre angle

EluBureau d'étudesActeur économiqueParticulier