Élu et Forêt

Une gestion des forêts à l'échelle des territoires est nécessaire face aux impacts en cours et à venir du changement climatique

  

Les effets du changement climatique sur les forêts sont d’ores et déjà visibles. Ils sont de différents ordres : d’une part les risques d’incendie augmentent sur l’ensemble du territoire français ; d’autre part, les forêts connaissent des évolutions tendancielles liées au changement climatique, comme l’allongement de la saison de végétation, la progression d’espèces parasitaires, l’augmentation du stress hydrique, etc.

Les élus ont un rôle à jouer pour l’adaptation au changement climatique des forêts présentes sur leur territoire, afin de rendre plus robustes à la fois les services écosystémiques rendus par les forêts, et les fonctions économiques des filières bois.

 

 

 

Dernières actualités

Prévention des risques naturels

Les forêts sont notamment exposées aux risques d’incendie et de tempête.

Le changement climatique n’est pas une cause directe d’incendie, mais il favorise les conditions de départ des feux et leur propagation, en particulier quand se cumulent vagues de chaleur et sécheresse. Responsables de la sécurité de leurs concitoyens, et connaissant le territoire et les risques, les élus peuvent agir à court terme sur la prévention des feux de forêt.

Le débroussaillage est la 1ère action à engager permettant de limiter les risques de propagation d'incendie. Le débroussaillage est obligatoire sur les régions du sud de la France métropolitaine (obligations légales de débroussaillement). Avec l’extension des sécheresses sur l’ensemble du territoire français, le débroussaillage pourrait être une pratique plus largement étendue. Des formations aux obligations de débroussaillement existent dans certaines Régions, les élus concernés sont invités à suivre.

Plus généralement, le Plan de prévention des risques Incendie de forêts (PPRIF) cadre la politique générale de prévention des incendies et identifie les priorités d’intervention locales. Ces plans sont opposables aux autorisations d’urbanisme.

Prévention des feux de forêt

 

Gestion adaptée des forêts

Les élus sont en première ligne pour initier ou contribuer à l’adaptation de la gestion sylvicole :

Sur la phase de diagnostic :

  • Enjeux des forêts et dynamiques locales : connaissance des propriétés foncières, économie locale, aménagement des trames vertes, usages récréatifs, etc.

  • Mise en place de la concertation avec les parties prenantes

 

Evaluation des mesures et retours d’expérience : insertion dans un réseau d’acteurs, en particulier le réseau ARTISAN (réseau coordonné notamment par l’Office Français pour la Biodiversité, sur l’adaptation au changement climatique par des solutions fondées sur la nature) mis en place à partir de 2020.

 

Actions et expérimentations : portage politique, co-construction du plan de financement

 

Que dit le PNACC 2?

La résilience de la forêt est un enjeu à la fois environnemental, social et économique, qui vise à préserver les écosystèmes, la séquestration de carbone atmosphérique, la production de bois et les usages récréatifs de la forêt.

Le MTES et le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA) promouvront une gestion forestière durable tenant compte de l’évolution des paramètres climatiques locaux, des impacts déjà constatés et des études de vulnérabilité et donnant à la forêt le maximum de chances d’y faire face et de se maintenir dans le temps long. Toute la gamme diversifiée de sylvicultures et d’essences à l’échelle du massif, telles que la libre évolution ou la gestion active, sera utilisée à la lumière de l’expertise et de la prospective pour assurer une diversité génétique sur le long terme et préserver ainsi les options futures.

Pour en savoir plus sur le Plan National d'Adaptation au Changement Climatique

Ressources incontournables

Découvrir la forêt sous un autre angle

Acteur économique